à moi la Zone !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 22 février 2014

Le vent se lève

Vous qui croyiez trouver une critique peut-être du film de Miyazaki, ou encore une belle exégèse de Paul Valéry, détrompez-vous ! Je n’ai à vous faire lire que ma dernière contribution aux Impromptus (que, mais il y en a plein d’autres sur le site).

Étrange chose que de finir et publier ce texte, aujourd’hui, au dix-neuvième anniversaire du point de départ de la Grande Transition n°1, alors qu’on se relève tout juste d’apprendre à vivre de la deuxième (il y a sur terre au moins une personne, mais peut-être qu’une, qui sait alors de quoi je parle).

Le vent se lève avec le jour
Et l’éventail des heures à vivre

Vibration de son souffle
Entendre autour de soi
Noire et muette, sa voix
Traversée de leurs rythmes fous

Souvent le vent levé
Elève aussi nos sens, nos gestes

La narine se plisse
Et l’œil frémit
Verse sa larme d’inconfort
En libation au dieu du vent

Il faut tenter de vivre
Lorsque le vent se lève

Filer dans ses volutes
Aérer son allure
Unifier ses désirs
Tresser son pas avec son souffle

Tendre, non pas attendre
Et tenter de rester léger
Nouer des liens de plume
Tisser le fil de l’araignée
Evanescent miroir de soie
Réflexion de lumière et de vent

Douter, sans doute
Eveil à soi, à ce qui nous traverse

Vois comme le vent se lève
Il faut tenter de vivre
Vaciller, osciller
Respirer
Et vivre…

dimanche, 13 octobre 2013

Quelques heures hors du temps…

Impromptu comme au bon vieux temps…

un hall d’aéroport
un au-revoir troublant
un choix précipité
une arrière-raison

une plume envoûtante
une palette sombre
une voix haut perchée
un arrière-frisson

une chambre d’enfance
une sieste féline
un récit de famille
une arrière-maison

un chaton tout pataud
un rayon de soleil
un dimanche d’octobre
une arrière-saison