en écho

Portillon passé
Et soudain nos bouches closes
S’éloigner des chiens

Les hommes que j’aime
Sont parfois de belles filles
Toutes vêtues d’or

Cette grille verte
Autrefois m’avait troublée
Je n’ai nulle crainte

Le long du chemin
Toutes herbes poussent libres
En fleurs de silence

La senteur du sel
Reste intacte à mes papilles
Souvenir suave

Le soleil s’élève
Ses rayons frôlent l’instant
Un peu d’air – matin

Quand la chaleur monte
A peine éclot un désir
De coquelicot

Se faire légère
Chatouillis de papillon
L’aile d’une brise