Ton rire mystérieux me vrille et se mélange
A l’incompréhension, fascination étrange
Pour ton regard perçant où nager sans périr
Est aussi périlleux que de vouloir mourir

L’acrostiche est involontaire